Article paru dans Matin Dimanche, 31 juillet 2016

L’immobilier sauve nos retraites mais devient risqué

Investissements | Les rendements dans la pierre baissent, selon KPMG. Ce qui incite les gérants à accélérer le rythme des rénovations.

Il fut un temps où la pierre était une valeur refuge, l’ultime placement garantissant une performance faible mais stable. Pour tout dire, l’immobilier était sûr et… ennuyeux. En 2016, l’immobilier est de plus en plus recherché et… risqué. 

En moins de cinq ans, il est devenu la star des placements des caisses de pension, la classe d’actifs qui assure un rendement net à un portefeuille. Dans une étude réalisée par KPMG, qui passe en revue les placements immobiliers des caisses de pension suisses totalisant 20 milliards d’investissements*, on constate que la pierre assure, à elle seule, 1,3% de la performance des placements d’une caisse de pension, pour autant que celle-ci y consacre un cinquième de ses avoirs.

Article paru dans Bilan, 21 février 2016

FABRICE STROBINO
Analyste chez Analyses & Développements Immobiliers

Fabrice Strobino

Genève est-elle condamnée à régresser ? Vous souvenez-vous de ce jeu où des marmottes teigneuses montraient le bout de leur nez dans une planche en bois, sans préavis. Il fallait vite taper dessus pour les faire rentrer dans leur terrier, car d’autres sortaient sans cesse. Celui qui en ratait trop perdait. A Genève, c’est pareil ! Chaque fois qu’un projet sort des cartons, il y a toujours un petit nombre pour taper dessus, et ainsi de suite, mais sans poser les vraies questions de fond.

Article paru dans TOUT L'IMMOBILIER, 19 janvier 2015

L'analyse de trois experts:
Gary Bennaim, Fabrice Strobino et François Hiltbrand

Gary Bennaim, Fabrice Strobino, François Hiltbrand

La fin 2014 a montré une continuité du tassement des prix, de manière générale déjà amorcée en début d’année. Les dernières votations en Suisse, notamment sur les forfaits fiscaux, ont démontré une volonté de stabilité politique de la part du peuple. Et cela satisfait les investisseurs privés, un peu échaudés par la votation du 9 février. La Suisse, comme le reste du monde, doit sortir de ce sentiment d’incertitude pour afficher une volonté claire de redresser la barre.

Article paru dans Bilan, 21 février 2016

FABRICE STROBINO
Analyste chez Analyses & Développements Immobiliers

Remplis de boutiques de luxe, franchement, qui a encore envie d’y flâner ?

Gentiment, comme une gangrène, les lieux destinés à la population sont remplacés au coup par coup par de nouveaux commerces dont les premiers prix sont destinés à une clientèle très peu locale. Alors, les nouveaux lieux de rencontre sont les grands centres commerciaux périphériques qui ont compris que, pour garantir une certaine animation, il faut proposer des lieux de détente.

L'analyse de trois experts: François Hiltbrand, Fabrice Strobino et Gary Bennaim

Les biens en-dessous de 1,2 million de francs peinent à trouver preneurs à cause des nouvelles directives de la FINMA. Pour les autres, seuls les biens neufs avec une finition supérieure et très bien situés trouvent de l’intérêt, mais plus à n’importe quel prix ! De plus, les biens existants doivent répondre aux exigences en cours en matière d’économie d’énergie, sinon la décote est immédiate…

Voici une analyse de "Colliers international suisse romande" à laquelle nous souscrivons.

La situation actuelle à Genève est trouble. D’un côté, la tempête économique de nos voisins européens devient préoccupante et il serait bien extraordinaire que cela ne touche, tôt ou tard, le microclimat genevois. D’un autre côté, on lit tous les jours quantité d’analyses qui démontrent que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes malgré la crise de la dette européenne malgré le franc fort, malgré ceci, malgré cela.

Le débat entre: Bernard Nicod et François Hiltbrand. Bilan, 14 décembre 2011

BERNARD NICOD

Bernard Nicod et François Hiltbrand

NON Pour le fondateur du groupe éponyme, la surchauffe est présente mais les prix ne chuteront pas.
Je ne sais pas quelle mouche a piqué l’équipe du Matin Dimanche le 27 novembre 2011 en affichant leur manchette «N’achetez plus, la bulle immobilière va éclater» et en l’assortissant d’un article peu sérieux. La peur n’est pas bonne conseillère, pas plus en politique qu’en économie.

Par François Hiltbrand. Le Temps, août-septembre 2004

Pour les logements en propriété par étage, la logique des prix serait de trouver sur le marché des appartements dans une fourchette de F 6'000 à F 10'000 le mètre carré, à la proximité ou au centre-ville, suivant la qualité de la situation. Nous parlons ici d'un prix maximum dans un immeuble neuf. Ce prix sera modulé de plus ou moins 10 % en fonction de l'étage et de l'orientation.

Par François Hiltbrand. Le Temps, 5 novembre 2003

Jusqu’à cet été, il y avait une tension des prix uniquement sur les villas. Les autres segments du marché n’apparaissaient pas touchés. Il y avait seulement une voracité particulièrement forte des vendeurs pour les objets de premier ordre, surtout les villas destinées aux étrangers bénéficiant d’un régime fiscal.
Or, il a fallu observer au début de l’automne que non seulement certains biens immobiliers étaient revendus très rapidement et avec un gros bénéfice mais aussi il a été constaté des surenchères entre professionnels de l’immobilier pour des bâtiments de logements du début du XXe siècle. Ce sont des signes qui ne trompent pas.

Par François Hiltbrand. Le Temps, 7 mai 2003.

Le prix des immeubles « de rendement » ne devrait pas augmenter nonobstant la pression de certains vendeurs sur des clients peu avisés. En effet, le marché offre peu d’opportunité. Les immeubles en vente actuellement proviennent de portefeuilles des contentieux ou de faillites. On peut citer les portefeuilles de la fondation de valorisation des actifs de la banque cantonale de Genève, de la caisse Swissair, mais aussi de partages successoraux illiquides, de divorces etc. En somme que des situations où les immeubles doivent être réalisés dans un intervalle de 6 à 20 mois. Les autres propriétaires n’ont en effet aucun intérêt à réaliser leur patrimoine. Que ferraient-ils de leur argent ?