Prix des logements (villa et appartement)
Région genevoise

 Villa de 500 à 800/m 800 à 1'250/m 1'250 à 2'000/m > 2'000/m
 Demande
 Evolution Flèche Flèche
 Offres Flèche Flèche
 Evolution Flèche Flèche

L’abrogation du taux plancher franc contre euro a généré une vague d’inquiétude et les économistes ne peuvent pas encore en estimer les conséquences à moyen terme et à long terme.

Logiquement (Étude du Crédit suisse 2015) nous aurions pu assister au retour du cycle immobilier traditionnel, dans lequel une suroffre vient prendre la suite d’une longue phase de hausse des prix. Le processus aurait pu s’accélérer d’un côté parce que la conjoncture intérieure est affectée par le choc du franc, réduisant ainsi la demande en surfaces, et de l’autre côté parce que le volume de capital injecté dans les marchés immobiliers augmente. En effet, les taux d’intérêt négatifs devraient pousser les investisseurs vers le marché de l’immobilier, les poches de rendements alternatives s’étant taries les unes après les autres. Ce qui mènerait à augmenter les placements dans de nouveaux projets et à étendre ainsi l’offre en surfaces. D’où, enfin, une détente du marché à la satisfaction générale.

Mais, c’est sans compter sur l’extrême vigilance des milieux de défense des locataires qui, appuyés par les Juges, exigent des rendements en dehors de toutes considérations économiques, notamment par rapport aux risques. Ils osent prétendre que le rendement des fonds propres placés dans un immeuble perdu au fin fond d’une vallée devrait être identique à celui d’une grande ville  ! C’est aussi pertinent que de dire qu’au recrutement tous les troufions doivent chausser du 39 parce que c’est la moyenne.
Dès lors, les investisseurs, les caisses de pensions en premier, ne vont pas s’engager dans un projet avec un rendement plafonné à 2,25%. Premièrement à cause des exigences de rendement pour leurs pensionnés (c’est à dire nous tous) mais aussi parce que la marge est insuffisante par rapport aux risques (vacance, travaux, impôts, etc). Il existe encore des placements alternatifs et tant pis s’ils ne génèrent pas d’emplois, sont à l’étranger et si la détente n’est pas au rendez-vous  !

Quant aux logements individuels, les restrictions bancaires continuent de déployer leurs effets négatifs; les acheteurs sont rares et les prix baissent, inexorablement. L’offre ne correspond pas à la demande. L’été sera chaud  !


Légende
:

changement nul,
changement positif, plus encore qu'en période actuelle;
changement négatif, plus encore qu'en période actuelle;
changement positif, mais moins qu'en période actuelle;
changement négatif, mais moins qu'en période actuelle).

 

Pour aller plus loin :

  • Voir l’indicateur suisse de l’office fédéral du logement (www.bwo.admin.ch).
  • Voir Comparis (ici)
  • Simulateur d'hypothèque (ici)
  • Archives des indicateurs trimestriels (ici)

En 2017, l’immobilier se refroidit 
Article paru dans Tout l'immobilier

Il faut préserver l’esprit des coopératives d’habitation
Article paru dans ImmoPlus de la TDG

L’immobilier sauve nos retraites mais devient risqué
Article paru dans Matin Dimanche